postheadericon "LE QUOTIDIEN DU MÉDECIN" 13 avril 2004

 

 

La somme de tout

 

Sous forme elliptique, c'est un siècle d'histoire de l'Algérie que restitue Louise Gaggini, mais vu aux travers les yeux d'une adolescente.

PEINTRE, musicienne, auteure au plus près des drames humains - « Sida, de la conscience à l'urgence », en 1994, « Toxicomanies, paroles de jeunes », en 1998, « Procès du sang contaminé, comprendre l'imbroglio », en 1999, « Attentat du 11 septembre, voyage au bout de l'enfer » et « Terrorisme et guerre bactériologique », en 2001 -, Louise Gaggini donne ici un récit du cœur. Qu'elle colore de tons pastel même si le rouge du sang est en toile de fond, et qu'elle restitue sous forme de musique de chambre même si l'apocalypse menace.

Claire avait quatre ans lorsque sa mère, espagnole mais grandie en Algérie, a quitté son père, et elle aussi. Élevée dans un pensionnat du nord de la France jusqu'à ses treize ans, un peu mystique et anorexique, elle va, en 1961, retrouver cette mère dans son pays natal. La guerre explose autour d'elle, mais la jeune fille n'est sensible qu'aux odeurs, aux couleurs, aux sons qui l'entourent et, de récits en légendes elle remonte le cours de l'histoire - à travers les histoires d'amour de ceux qui ont aimé ce pays - jusqu'à la prise de Constantine en 1837, tandis que sa propre histoire va se prolonger dans le Paris de mai 1968.

Plus qu'un témoignage d'amour à un pays, ce livre est un hymne d'amour universel, toutes cultures et croyances confondues, tous genres humains mêlés.

 

Martine FRENEUIL.