couverture invivo

"Pour les milliards de spermatozoïdes qui de ventre en ventre façonnent le futur.

 

Pour les femmes qui le sauveront. Pour les chaperons rouges, Mozart, les bottes de sept lieues, les étoiles et les anges. Pour l’innocence et les vieux loups qui font des indigestions. Pour l’amour."

In Vivo Louise gaggini 01

In Vivo Louise gaggini 02


 

Préface  -  Par OLIVIER ARON


Comment évoquer ce roman sans s'attarder quelques instants sur son auteur ?
Louise GAGGINI est une étoile filante au firmament, née de la lumière sacrée de Toscane, du soleil de Méditerranée et de la judaïté, fille du soleil et de l'humanité.
À cette interrogation qui fonde l'humilité des êtres et qui nous conduit à nous demander s'il est concevable de cumuler tous les talents, elle répond avec grâce, éclectisme et une féminité aussi renversante qu'ancrée dans la terre.

C'est avec une intelligence hors du commun, finesse, et une sensibilité exacerbée que, tour à tour et toujours avec le même bonheur, elle s'adonne à peindre ou à sculpter, qu'elle est musicienne, journaliste, éditorialiste arrimée à son époque, commentatrice éclairée et finalement, authentique écrivain.
Au coeur de son oeuvre multiple et engagée, il y a l'amour et ces milliards de particules qui la relient au ciel et au «divin».
Avec IN VIVO, c'est de cet amour qu'elle choisit en voyage et comme le fil conducteur, qui seul, donne du sens à la vie, qu'elle entend parler à nos coeurs.

In Vivo est une belle histoire, qui bouscule les morales, dérange l'ordre établi. Elle enjambe les tabous, de l'âge, de la sexualité, du travers des hommes et du désir des femmes.
Finalement, si elle se termine, elle échappe au malheur et à la destruction, pour renaître à l'apogée de la vie, comme la résultante de cette même vie qui lui a donné corps et qui irrigue le récit.

Elle déroule les surprises et les pièges, sans jugement, mais sans éluder pour autant les déterminismes de l'amour, ses enjeux et ses sinuosités. Ce qui heurte ou qui dérange éventuellement nosconsciences, qui bouscule nos préjugés, devient beau, mais ce n'est pas parce que ce peut être beau que le formidable pari de l'amour est gagné pour autant, du moins formellement.
Comme incrusté dans le courant de l'histoire, Louise GAGGINI livre ici les tourments de l'écrivain, qui irriguent constamment le récit. L'écriture qui taraude, qui hésite, la question de son sens, son impérieuse nécessité confrontée au néant de la multitude...

Louise GAGGINI nous invite à aimer ce doute en filigrane et toute la complexité d'être artiste, écrivain, entre la folie, le narcissisme, l'égocentrisme, le don de soi, l'espérance et l'incarnation de l'amour dans le cosmos.
Elle éclaire notre lecture de cette petite lumière qui guide les pas de Laura sur le chemin de ses vies d'amoureuse et d'écrivain enchevêtrées, cette petite lumière que son père a posée sur sa route pour l'éternité et qui la mène irrémédiablement à la vie.

Dans un monde qui a profondément redistribué le rôle et la fonction des sexes, l'auteur nous propose de réconcilier les hommes et les femmes, tout en affirmant avec empathie et tendresse ce manque quiaffuble les hommes par nature, qui ne connaîtront jamais l'enfantement, et qui resteront par destin, incomplets, et à jamais soumis à la beauté et à la félicité des femmes.
Le regard bienveillant d'une femme libre qui est aussi une femme «emme » est d'un grand réconfort et merveilleusement apaisant.

La nature, les sens, le désir, forment un tout indissociable, une force vitale où tout s'entremêle. Le style de Louise GAGGINI parle délibérément au coeur, va droit au but, mais pour alerte qu'il soit, il laisse peu à peu la plus grande place à l'émotion brute, et c'est un peu étourdi qu'il faut reposer ce livre où se confrontent la rêverie, l'intime et l'universel, jusqu'à faire vaciller nos certitudes.


Olivier ARON

 

 

bandeau FB

 fb  INVIVO par Louise Gaggini